(S’)EXPOSER - residency and exhibition Xeno-

residency: 16.08.2021 - 13.09.2021
exhibition: 17.09.2021 - 02.10.2021
Komplot, Square Albert 1e, 13, 1070 Anderlecht

(S’)EXPOSER
Xeno- in collaboration with Habitants Des Images

ARTISTS
Marie Diaby, Thiaba Diop Egutchi, Maureen Dodémont, Adèle Jacot, Ichraf Nasri, Mélanie Peduzzi

Scenography: Lucie Pinier
Photo documentation of the residency & portraits: Natalia Barczyńska
Photo documentation of the exhibition & vernissage: Justine Guerriat

FR
(𝗦’)𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥 : (𝘀𝗲) 𝘀𝗼𝘂𝗺𝗲𝘁𝘁𝗿𝗲 à 𝘂𝗻𝗲 𝗶𝗻𝗳𝗹𝘂𝗲𝗻𝗰𝗲
Xeno- en collaboration avec Habitants Des Images investissent l’espace de Komplot et le quartier du square Albert à Anderlecht pour une résidence d’un mois et proposent un questionnement sur le concept d’exposition.

(𝗦’)𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥 : (𝘀𝗲) 𝗽𝗿é𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗿𝗲𝗴𝗮𝗿𝗱𝘀
Le dispositif propose un cadre de départ précis : un white cube désossé déposé dans l’espace public, à côté de la galerie. Les artistes invitées sont conviées à investir cet espace. En collaboration avec les habitant.e.s du quartier, elles questionnent l’acte de (S’)EXPOSER dans ses codes artistiques comme dans ses enjeux sociaux.

(𝗦’)𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥 : (𝘀𝗲) 𝗺𝗲𝘁𝘁𝗿𝗲 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝘀𝗶𝘁𝘂𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗮𝗻𝗴𝗲𝗿𝗲𝘂𝘀𝗲 ; 𝗿𝗶𝘀𝗾𝘂𝗲𝗿 𝗱𝗲 (𝘀𝗲) 𝗽𝗲𝗿𝗱𝗿𝗲
Le projet partira du contexte, de la collecte d’un matériel provenant d’interactions bienveillantes avec des personnes curieuses, que le dispositif nous permettra de rencontrer. Nous n’envisageons pas l’exposition comme un but, plutôt comme un moyen, un des retours possibles d’un processus d’interaction fructueux. La fin de résidence n’est pas préconçue, elle pourrait être documentaire, performative, détournée, annulée, ...

EN
(𝗦')𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥: (𝘀𝗲) 𝘀𝗼𝘂𝗺𝗲𝘁𝘁𝗿𝗲 à 𝘂𝗻𝗲 𝗶𝗻𝗳𝗹𝘂𝗲𝗻𝗰𝗲
Xeno- in collaboration with Habitants Des Images invests the space of Komplot and the neighborhood of Square Albert in Anderlecht for a month-long residency and proposes a questioning of the concept of the exhibition.

(𝗦')𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥 : (𝘀𝗲) 𝗽𝗿é𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗿𝗲𝗴𝗮𝗿𝗱𝘀
The device proposes a specific starting frame: a boneless white cube dropped in the public space, next to the gallery. The invited artists are invited to invest in this space. In collaboration with the residents of the neighborhood, they question the act of (S')EXPOSER in its artistic codes as in its social issues.

(𝗦')𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥 : (𝘀𝗲) 𝗺𝗲𝘁𝘁𝗿𝗲 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝘀𝗶𝘁𝘂𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗮𝗻𝗴𝗲𝗿𝗲𝘂𝘀𝗲; 𝗿𝗶𝘀𝗾𝘂𝗲𝗿 𝗱𝗲 (𝘀𝗲) 𝗽𝗲𝗿𝗱𝗿𝗲
The project will start from context, from collecting material from caring interactions with curious people, which the device will allow us to meet. We do not envisage the exhibition as a goal, rather as a means, one of the possible returns of a fruitful interaction process. The end of the residency is not preconceived, it could be documentary, performative, diverted, canceled, ...

NL
(𝗦')𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥: (𝘀𝗲) 𝘀𝗼𝘂𝗺𝗲𝘁𝘁𝗿𝗲 à 𝘂𝗻𝗲 𝗶𝗻𝗳𝗹𝘂𝗲𝗻𝗰𝗲
Xeno Exhibitions investeert in samenwerking met Habitants Des Images de ruimte van Komplot en de buurt van het Albertplein in Anderlecht voor een residentie van een maand en stelt een bevraging van het concept van de tentoonstelling voor.

(𝗦')𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥 : (𝘀𝗲) 𝗽𝗿é𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗿𝗲𝗴𝗮𝗿𝗱𝘀
Het apparaat stelt een specifiek startkader voor: een witte kubus zonder been die in de openbare ruimte, naast de galerie, wordt gedropt. De uitgenodigde kunstenaars worden uitgenodigd om in deze ruimte te investeren. In samenwerking met de bewoners van de wijk stellen ze de act van (S')EXPOSER in vraag, zowel in zijn artistieke codes als in zijn sociale problematiek.

(𝗦')𝗘𝗫𝗣𝗢𝗦𝗘𝗥 : (𝘀𝗲) 𝗺𝗲𝘁𝘁𝗿𝗲 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝘀𝗶𝘁𝘂𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗮𝗻𝗴𝗲𝗿𝗲𝘂𝘀𝗲; 𝗿𝗶𝘀𝗾𝘂𝗲𝗿 𝗱𝗲 (𝘀𝗲) 𝗽𝗲𝗿𝗱𝗿𝗲
Het project zal uitgaan van de context, van het verzamelen van materiaal van zorgzame interacties met nieuwsgierige mensen, die het apparaat ons in staat zal stellen te ontmoeten. We zien de tentoonstelling niet als een doel, eerder als een middel, een van de mogelijke opbrengsten van een vruchtbaar interactieproces. Het einde van de residentie is niet vooropgesteld, het kan documentair zijn, performatief, omgeleid, geannuleerd, ...

FR:

THIABA DIOP EGUTCHI
Née a Paris en 1997. D'origines Senegalaise et Japonaise.Basée a Bruxelles depuis 2017. Ma pratique artistique est marquée par la relation délicate entre mes origines ethniques et culturelles et mon environnement social et spatial.Elle se nourrie de questionnements autour des enjeux de l'identité (pluri)culturelle, du rapport de force entre race et environnement, du langage et de l'échange, ainsi que du trajet de l'intime au public, de la mémoire, et de l'auto-narration. J'investie l'espace avec des fragments de mon histoire, de souvenirs, de fantasmes, dans un monde ou je ne suis jamais vraiment chez moi. Par le détail, l'anecdote, et la mise en scène de mon intimité, je raconte une histoire qui me dépasse. Celle qui interroge la notion d'identité face a son environnement. Le contexte spatial et social a une grande importance dans la conception de mes œuvres. Mes pièces sont faites pour résonner avec le cadre dans lesquelles elles sont exposes et s'adresser aux personnes de ces milieux spécifiques. L'invitation a l'écoute et a l'attention est fondatrice de mon approche de l'art. Bien que ma pratique a des axes marques, comme le rapport a la race, par ce terrain je parle plus largement d'identité, de relation, de système, de mémoire, de fantasme et d'amour. Ma production est seulement un réceptacle de mon expérience humaine.

MAUREEN DODEMONT
Actuellement en master au KASK (Gand) en design textile, Maureen a d’abord obtenu son bachelier à l’ENSAV La Cambre en 2019 ainsi qu’un Erasmus à L’ENSAD (Paris). Entre le design, l’animation sociale et l’art plastique, Maureen travaille la couleur de façon dynamique et vibrante, nourrit son processus par la photo et le dessin, et travaille aujourd’hui sur la question du lien social. Le faire (profondément lié aux techniques textiles), le geste, la poésie et l’émerveillement sont des moteurs de sa pratique. Ils lui permettent de questionner et de se repositionner dans les enjeux actuels en tant que féministe.

MÉLANIE PEDUZZI
Mélanie est une artiste belge, diplômée de l’ENSAV La Cambre en 2013, qui travaille entre écriture, performance et photographie. Elle élabore des protocoles de travail qui questionnent les normes imposées et le pouvoir de la représentation dans la société contemporaine au travers d’actions et d’images basées principalement sur son propre corps. Elle a exposé et performé en Belgique, France, Espagne, Allemagne et Birmanie depuis 2013. Elle a également co-créé une structure à Bruxelles active entre art, social et politique : les Habitant.e.s des images. Elle y développe des pratiques collaboratives et engagées qui questionnent les rapports de pouvoir au sein d’une société inégalitaire.

ADÈLE JACOT
Née en 1989, (CH) elle est artiste contextuelle et urbaniste. Elle est diplômée en Art dans l’espace urbaine à la Cambre et en Urbanisme et Aménagement du territoire à Lille. Elle explore l’art comme un travail sur la réalité, au croisement de l’espace urbain et de l’espace inconscient collectif. Sa pratique questionne le pouvoir de la représentation, les rapports à l’obéissance, et les codes esthétiques/sociaux (rue, galerie, langage, ...). Elle utilise principalement l’installation participative et la performance (Île de Hal, festival Signal, CIFAS) ou encore l’édition, comme la co-conception du livre ‘Je veux des Quartiers’ (Editions Slatkine, CH). Elle met en miroir sa pratique artistique avec ses expériences de participation citoyenne dans le bureau d’urbanisme ERU. Sa pratique artistique se concentre aujourd’hui dans l’asbl Habitants des images qu’elle fonde en 2013 avec Mélanie Peduzzi.

ICHRAF NASRI
Après son Master à l’institut supérieur des Beaux-Arts de Sousse, en Tunisie, Ichraf Nasri poursuit sa formation en master en Arts Visuels à la Cambre où elle obtient un master en Photographie en 2016 puis l’agrégation en 2018. Artiste produisant photographies, installations et textes. Intriguée par les règles sociales, les coutumes et le contrôle, son travail actuel soulève des questions relatives aux impératifs et à la domination. Féministe décoloniale et artiste engagée, elle a rejoint l'équipe de FemmesProd en janvier 2019 afin de faire la conception de mini-capsules vidéo sur les artistes femmes racisées en Europe. En octobre 2019 elle initie Xeno-, une plateforme artistique itinérante dédiée à toute personne ayant ou ayant eu l'expérience d'être femme, en particulier raciséxs, aux queer et aux non-binaires. Elle y travaille en binôme depuis sa création avec l’artiste/curatrice Mélanie Peduzzi. Actuellement elle fait partie du groupe de réflexion de 6 personnes de open museum qui traite la diversité et l'inclusion dans les 120 musées et centres d’art qui constituent la fédération Wallonie Bruxelles.

MARIE DIABY
Marie Diaby est née en 1988 en France, après des études le théâtre au conservatoire de Liège elle travaille comme actrice, assistante à la mise en scène et conseillère en dramaturgie. En 2020 elle elle rejoint le collectif Xeno_, avec lequel elle co-réalise un podcast en collaboration avec Kanal Centre Pompidou, et s’engage dans une pratique artistique féministe, anti-raciste et intersectionnelle. Son parcourt l’ayant mené à vivre dans des milieux sociaux et culturel varié l’amène à se questionner sur les systèmes de représentation, leurs encrages culturel et sociaux et leurs implications dans la formation de l’identité.

LUCIE PINIER
Après un Master à l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne à Quimper en Art en 2014, puis un Master en Pratiques de l’Exposition à l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles en 2020, Lucie Pinier développe une écriture critique et poétique de l’agencement en tant que commissaire d’exposition, mais aussi comme artiste sonore avec le duo performatif et musical, Sorcière Picasso, crée avec Marine Penhouët en 2019. Lucie Pinier est engagée comme commissaire d’exposition avec le festival Queer Homografìa au Tripostal, ainsi que le festival d’arts visuels et de poésie Something Beautiful à LaVallée et L’institut des ailes qui est une recherche sur les gestes du soin et de l’attention collectif.

CAMILLE KERVELLA
Camille Kervella est architecte diplômée en 2020 à l'UCL avec son mémoire « Sex in the city ». Elle s'intéresse aux questions fondamentales féministes et queer (LGBTQIA+) dans les sociétés édifiées. Son travail de fin d'étude s'inscrit dans un questionnement des normes et des systèmes d'oppression qui existent en architecture, notamment à travers un prisme de vision queer. À présent architecte stagiaire, son intérêt pour les problématiques féministes et queer se développe dans son militantisme, ses recherches personnelles et son implication dans l'asbl "L'architecture qui dégenre". En assumant son identité de femme queer et engagée pour ses droits, elle tente de partager une vision de nos espaces, privés comme publics et intimes comme collectifs, qui sort du récit traditionnel."

EN:

THIABA DIOP EGUTCHI
Born in Paris in 1997. Of Senegalese and Japanese origin.Based in Brussels since 2017. My artistic practice is marked by the delicate relationship between my ethnic and cultural origins and my social and spatial environment.It is nourished by questions around the issues of (pluri)cultural identity, the balance of power between race and environment, language and exchange, as well as the journey from the intimate to the public, memory, and self-narration. I invest the space with fragments of my history, memories, fantasies, in a world where I am never really at home. Through detail, anecdote and the staging of my intimacy, I tell a story that goes beyond myself. One that questions the notion of identity in the face of one's environment. The spatial and social context is of great importance in the conception of my works. My pieces are made to resonate with the setting in which they are exhibited and to speak to the people in those specific environments. The invitation to listen and pay attention is fundamental to my approach to art. Although my practice has marked axes, such as the relationship to race, I speak more broadly of identity, relationship, system, memory, fantasy, and love through this field. My production is only a receptacle of my human experience.

MAUREEN DODEMONT
Currently studying for a master's degree at KASK (Ghent) in textile design, Maureen first obtained her bachelor's degree at ENSAV La Cambre in 2019 as well as an Erasmus at ENSAD (Paris). Between design, social animation and plastic art, Maureen works with color in a dynamic and vibrant way, nourishes her process with photography and drawing, and is now working on the question of social link. Making (deeply linked to textile techniques), gesture, poetry and wonder are the driving forces of her practice. They allow her to question and reposition herself in current issues as a feminist.

MÉLANIE PEDUZZI
Mélanie is a Belgian artist, graduated from ENSAV La Cambre in 2013, who works between writing, performance and photography. She develops work protocols that question imposed norms and the power of representation in contemporary society through actions and images based mainly on her own body. She has exhibited and performed in Belgium, France, Spain, Germany and Burma since 2013. She has also co-created a structure in Brussels active between art, social and politics: Les Habitant.e.s des images. She develops collaborative and committed practices that question the power relations within an unequal society.

ADÈLE JACOT
Born in 1989, (CH) she is a contextual artist and urban planner. She graduated in Art in the Urban Space at La Cambre and in Urban and Regional Planning in Lille. She explores art as work on reality, at the intersection of urban space and collective unconscious space. Her practice questions the power of representation, relationships to obedience, and aesthetic/social codes (street, gallery, language, ...). She mainly uses installation and performance (Île de Halles, Festival Signal, CIFAS) or publishing, such as the co-design of the book 'Je veux des Quartiers' (Editions Slatkine, CH) She mirrors her artistic practice with her experiences of citizen participation in the urban planning office ERU. Today, her artistic practice is concentrated in the non-profit organization Habitants des images, which she founded in 2013 with Mélanie Peduzzi.

ICHRAF NASRI
After her Master's degree at the Higher Institute of Fine Arts in Sousse, Tunisia, Ichraf Nasri continued her training in Visual Arts at La Cambre where she obtained a Master's degree in Photography in 2016.
Artist producing photographs, installations, and texts. Intrigued by social rules, customs, and control, her current work raises questions about imperatives and domination.
A decolonial feminist and committed artist, she joined the FemmesProd team in January 2019 to design mini video capsules on racialized women artists in Europe. In October 2019 she initiated Xeno-, an itinerant artistic platform dedicated to anyone who has or has had the experience of being a woman, in particular, racialized, queer, and non-binary people. She has been working in partnership with the artist/curator Mélanie Peduzzi since its creation. She is currently part of the 6-person think tank of the open museum which deals with diversity and inclusion in the 120 museums and art centers that make up the Wallonia Brussels Federation.

MARIE DIABY
Marie Diaby was born in 1988 in France. After studying theatre at the Conservatoire de Liège, she worked as an actress, assistant director, and dramaturgy consultant. In 2020 she joined the Xeno_ collective, with whom she co-produces a podcast in collaboration with Kanal Centre Pompidou, and engages in feminist, anti-racist, and intersectional artistic practice. Her journey, which has led her to live in a variety of social and cultural environments, has led her to question systems of representation, their cultural and social roots, and their implications in the formation of identity.

LUCIE PINIER
After a Master's degree at the École Européenne Supérieure d'Art de Bretagne in Quimper in Art in 2014, then a Master's degree in Exhibition Practices at the Royal Academy of Fine Arts in Brussels in 2020, Lucie Pinier is developing critical and poetic writing of agency as a curator, but also as a sound artist with the performative and musical duo, Sorcière Picasso, created with Marine Penhouët in 2019. Lucie Pinier is engaged as a curator with the Queer Homografìa festival at Tripostal, as well as the visual arts and poetry festival Something Beautiful at LaVallée and L'institut des ailes which is a research on the gestures of collective care and attention.

CAMILLE KERVELLA
Camille Kervella is an architect who graduated in 2020 from UCL with her thesis "Sex in the city". She is interested in fundamental feminist and queer (LGBTQIA+) issues inbuilt societies. Her final year work is part of a questioning of the norms and systems of oppression that exist in architecture, particularly through a queer lens. Now an intern architect, her interest in feminist and queer issues is developed through her activism, her personal research, and her involvement in the non-profit organization "L'architecture qui dégenre". By assuming her identity as a queer woman and committed to her rights, she attempts to share a vision of our spaces, private as well as public and intimate as well as collective, that goes beyond the traditional narrative."

Xeno- is an artistic platform dedicated to everyone who identifies themselves as a woman, gender non-conforming, and non-binary with a focus on marginalized artists of Color.

Avec le soutien de / Met de steun van / With the support of: Fédération Wallonie Bruxelles, Cohésion Sociale Commune d’Anderlecht