The Mental Reason

04/12/2008 - 14/12/2008

Messieurs Delmotte

━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━

EN:

Messieurs Delmotte (°1967, Liège) is no greenhorn in the artistic field. The video productions, photographs and installations of this artist have been shown in solo and group exhibitions throughout the world and of course Belgium, where he is further more known for his mixed media parties. The deadpanning, Buster Keaton-like mystery artist poses as a real dandy: he is irresistibly charming and elusive as ether. His dedication gives way to what he cannot suppress. His actions are so blatantly topical, so banally urgent they can’t be postponed. They have to take place, here and now. He translates his unbridled naughtiness, his liking for danger, his sneering at the institutionalised art world into singular actions that result in one narrative image. Coarse and crude, his videos make a mockery of just about everything. They stand aloof from smooth perfection and are realised with the simplest of audio-visual means and a unity of time, place and action. Mimicking the world of animals and objects, Delmotte is a great pretender whose whimsical feats need no explanation--they're just absurdly cheerfully and dogged. He repeats his activities several times, so you get to see slight variations on him walking in fountains, putting buckets of water on his head and chasing cows. He's at his best when interacting with trees, butting heads with them or climbing a stepladder and leaping into them. The results are straightforward and rude but also pure and even poetic; the videos of Monsieur Delmotte are absurd one-acters.

FR:

Dans ce nouveau cycle de vidéos, intitulé The Mental Reason, Messieurs Delmotte poursuit sa pseudo aventure identitaire dans l’espace-temps. Se défaire d’une image organique de tigre, s’accrocher à un tronc d’arbre par un veston, mimer un drôle d’oiseau, courir muni de pelotes de laines multicolores, casser au marteau des vases tournoyants dans l’air, enflammer un ballon immobile, escalader un monument, se figer sur le parterre d’une place publique... Tous ces faits et gestes plutôt anodins s’agencent entre eux dans ce qui ressemble au fil des séquences à un spectacle, continu et discontinu à la fois, imprégné d’une conscience ambigüe : The Mental Reason donc. Ce spectacle se construit à plusieurs niveaux : dans la cité et en pleine nature, épisodique et sur le mode du récit, utopique et pleinement réaliste à la fois, chaque séquence, pourtant en mouvement, renvoie à une image instantanée ; considérées dans leur ensemble, leur cycle donc, elles renvoient à une cartographie mentale. Le cadre objectif est à ce point distendu, les actions si ténues d’un point de vue signifiant, que l’artiste rend malhabile tout discours idéal. 

Messieurs Delmotte pourrait personnifier la figure de l’être moderne qui aurait oublié son statut d’être naturel, d’où cet aspect toujours un peu perdu au milieu d’un monde, d’une nature, d’une ville. Nulle place ne semble lui correspondre vraiment, ou plutôt ne semble-t-il répondre aux conventions d’aucun lieu. L’impression que cela confère, à l’image, est telle que la présence de l’artiste marque ce qui l’environne d’une manière étrange et drôle à la fois. Elle singularise l’espace. Le stigmatise même parfois. Cela vaut pour tout lieu, donc partout. Justement, c’est la notion du “un peu partout”, c’est-à-dire du tout quelconque, qui renforce et accrédite même la relation qu’entretient le sujet avec l’espace investigué. Une notion qui sied parfaitement à la gestuelle du sujet, toujours développée avec application. Que ce soit dans les arbres, au milieu d’une prairie,  sur un parking, sur une colline, sur un pont, dans un jardin, sur une place, au bord d’un cours d’eau, sur une route, dans une cuisine, derrière une porte, assis, debout, couché, de face, légèrement de dos, tout à fait de profil, déambulant, grimpant, chutant ou tout simplement passant, l’action du sujet se nourrit du lieu qui la voit naître. Au final, l’artiste Messieurs Delmotte, peu importe l’objet qu’il démont(r)e, apparaît comme une forme transitoire et instantanée dans le champ de l’image paysagère. Juste un moment, un lieu, un acte, tous aléatoires et pourtant bien choisis.

Brigitte Van den Bossche

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Vimeo Icon